Vous êtes dans : Accueil > Tout savoir sur l'hôpital > Sa démarche Qualité/Gestion des Risques > La gestion des risques hospitaliers

La gestion des risques hospitaliers

2- La gestion des risques hospitaliers

Pour parvenir à une amélioration continue de la qualité des pratiques, le Centre Hospitalier d'Angoulême s'appuie, entre autres, sur un dispositif de comités regroupant des professionnels experts dans leurs domaines.

Le COmité des VIgilances, des RISques et de la Qualité (COVIRISQ)

Dans sa composition plénière, ce comité est présidé par un praticien hospitalier. Ce groupe, multidisciplinaire et multi professionnel, se réunit trois à quatre fois par an pour mesurer l'état d'avancement du programme qualité/gestion des risques, proposer les ajustements nécessaires, et définir les programmes d'actions à mettre en place. Il est destinataire des résultats de l'ensemble des enquêtes, audits, rapports d'activité des commissions, cellule ou groupes participant à la démarche qualité /gestion des risques, et de toutes les informations nécessaires à l'exercice de ses missions.

Dans sa composition restreinte, une cellule opérationnelle a été identifiée :

  • La cellule chargée de la Gestion des Risques Autres que Médicaux (GRAM) est composée de différents membres du Covirisq et pilotée par le directeur Qualité / Gestion des risques en collaboration avec laCoordinatrice des soins.

     

Depuis le mois d'octobre 2010, deux autres cellules sont créées :

  • Le bureau Covirisq 1 en charge des sujets Qualité
  • Le bureau Covirisq 2 en charge de la Gestion des risques, composé de l'ensemble des vigilants et gestionnaires de risques de l'établissement

Les comités assurant une gestion de risques spécifiques :

Le Comité de Lutte Contre les Infections Nosocomiales (C.L.I.N.)

Il assure la prévention, la surveillance des infections nosocomiales et la mise en œuvre de bonnes pratiques d'hygiène.

L'Equipe Opérationnelle d'Hygiène (EOH) prend en charge la mise en œuvre des décisions du CLIN, en menant des actions de formation, de surveillance, d'évaluation, de rédaction et de diffusion de protocoles, de vigilance sanitaire et environnementale.

Le Comité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance (C.S.T.H.)

Ses missions sont la prévention des risques liés aux transfusions de sang ; le recueil et la conservation d'informations à toutes les étapes de la chaîne transfusionnelle (traçabilité)

Le COmmission du MEdicament et des DIspositifs Médicaux Stériles (COMEDIMS)

Le COMEDIMS participe à la définition de la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles.

Le Comité de radioprotection

Il établit un programme d'évaluation et de prévention à destination des patients et des professionnels afin de veiller au respect des mesures de protection contre les rayonnements ionisants.

Le Comité de LUtte contre la Douleur (C.L.U.D.)

Il a pour mission d'aider à la définition d'une politique de soins en matière de prise en charge de la douleur, ainsi qu'à la promotion et à la mise en œuvre des actions dans ce domaine.

Le Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (C.L.A.N.)

Il travaille à l'amélioration de la prise en charge nutritionnelle du patient en collaboration avec l'équipe pluridisciplinaire.

La cellule d'Identitovigilance

Elle a pour objectif :

- d'anticiper les erreurs et risques qui pourraient découler d’une mauvaise identification patient
- s’assurer de la bonne identité du patient à son entrée à l’hôpital et tout au long de son parcours au sein de

 Le travail des correspondants locaux en vigilance

Le signalement des évènements indésirables permet, par la mise en place d'actions correctives et / ou préventives, d'éviter de nouveaux incidents et d'améliorer la qualité globale de la prise en charge au Centre Hospitalier d'Angoulême.

Pour l'ensemble des vigilances, des correspondants ont été identifiés dans l'établissement et leur objectif est de recenser et d'identifier l'ensemble des risques auxquels peuvent être potentiellement exposés les patients et / ou les visiteurs et / ou les professionnels de l'établissement.

Les vigilances sanitaires couvrent l'ensemble des champs suivants :

Champ de la pharmacovigilance

La pharmacovigilance a pour objectif de prévenir les risques d'effets indésirables ou inattendus résultant de l'utilisation des médicaments.

Champ de l'infectiovigilance

Le signalement des infections nosocomiales (infectiovigilance) permet de mettre en place des actions d'amélioration au niveau de la structure et des pratiques des soins, en vue de réduire la survenue d'infections liées aux soins.

Champ de la réactovigilance

Il s'agit de la surveillance et de la prévention des incidents résultant de l'utilisation d'un dispositif médical de diagnostic in vitro.

Champ de la matériovigilance

La matériovigilance consiste en la surveillance et la prévention des incidents résultant de l'utilisation de dispositifs médicaux.

Champ de la radioprotection

L'objectif est de veiller au respect des mesures de protection contre les rayonnements ionisants, de recenser et de maitriser les situations susceptibles de conduire à des expositions accidentelles, pour les patients ou les professionnels.

Champ de l'identitovigilance

L'identitovigilance a pour objet d'anticiper les erreurs et risques qui pourraient découler d'une mauvaise identification d'un patient.

Champ de l'hémovigilance

L'hémovigilance est un système de surveillance et d'alerte depuis la collecte du sang jusqu'au suivi des patients tranfusés.

Champ de la biovigilance

Il s'agit de prévenir les risques liés à l'utilisation de divers éléments du corps humain (organes, tissus, cellules) ainsi que les produits qui en dérivent

Partager cette page